27/04/2011

Déclassement des "Cherpines" : il y a urgence!

Les jeunes Verts ont exprimé aujourd’hui leur soutien au référendum lancé contre le déclassement de la zone agricole des Cherpines (voir le site internet de la « Tribune de Genève). Ils font feu de tout bois pour tenter de motiver leur opposition à la construction de logements à cet endroit : il faut à tout prix sauver les terrains agricoles, le projet est mauvais, il faut construire ailleurs, notamment en Ville et dans la première couronne urbaine etc.

Chacun de ces arguments peut être réfuter sans peine, mais je m’attarderai plus particulièrement sur celui qui voudrait faire croire que construire « ailleurs » serait la solution miracle à tous les problèmes de logements dans le canton.

Certains opposants tentent de convaincre la population genevoise qu’il n’y a aucune urgence à déclasser ce périmètre des Cherpines puisque d’autres terrains sont en attente de développement, « ailleurs ».

Ils pensent en particulier aux Vergers à Meyrin, à la Chapelle-les Sciers à Plan-les-Ouates. Il faut refuser ce raisonnement trompeur et fallacieux.

Le Plan directeur cantonal, élaboré de manière concertée, identifie les périmètres dont les affectations devraient changer afin de répondre aux besoins de la population genevoise. Ce faisant, il protège efficacement la zone agricole.

Les périmètres d’ores et déjà déclassés font tous l’objet de procédures visant à une mise en œuvre la plus rapide possible de constructions de logements. Malheureusement, il est avéré que le carcan législatif genevois est extrêmement important et que les projets en question font l’objet de recours, à chaque stade de la procédure. Tout développement nécessite donc au minimum une dizaine d’années avant que les premiers logements ne soient créés.

Refuser le déclassement du périmètre des Cherpines serait donc irresponsable du point de vue de la planification !

En effet, compte tenu du temps considérable nécessaire pour concrétiser le moindre projet, il est essentiel de déclasser, immédiatement, afin que la production de logements ne soit pas stoppée nette. Pour les jeunes Verts, le terme « ailleurs » signifie donc plutôt « jamais ».

16:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

La situation du logement est tellement dramatique à Genève qu'il est inconcevable qu'un groupe politique ne l'admette pas.
Personnellement, je trouve indécent de s'opposer au déclassement "des Cherpines".

Écrit par : Papon D. | 27/04/2011

Le problème de cette votation c'est pas le déclassement en tant que tel (ce qui est le sujet même de la votation), mais le signal donné à un projet qui prévoit une sous-desification incroyable d'un territoire de 58 hectares avec seulement 3'000 logements situés si proche de la ville et, qui selon certains, recevrait le tram à sa porte ...

Que le gouvernement nous prose un projet qui économise le sol, denrée unique et non renouvelable, soit un doublement du nombre de logement pour une qualité de vie similaire à celle de Carouge et pas un projet aussi faible que celui de MICA (Mon Idée Communaux d'Ambilly) qui ne va accueillir que "quelques" habitants ...

Il faut que l'on assume l'exiguïté de notre territoire, ne bradons pas le sol avec ce déclassement, attendons que le gouvernement revoit sa copie, il sera alors temps d'envisager le dit déclassement ...

Écrit par : Boris Calame | 28/04/2011

Bravo Monsieur le Député !

Pour résoudre ou atténuer la crise du logement endémique à Genève, ce sont plusieurs projets de type Cherpines qu'il faudrait mettre en oeuvre.

Il est grand temps que les apôtres de Critical Mass cessent de faire la loi de hors-la-loi.

Place à la Raison et à la Nécessité.

Votons tous pour le déclassement de ce terrain.

Des milliers de Genevois vous en seront reconnaissants.

ET lancez sans délai plusieurs autres projets d'urbanisation semblables pour nos familles.

Merci Monsieur le Député et courage pour la suite de votre mandat !

Jeanne F.

Écrit par : Jeanne Flot | 28/04/2011

Les commentaires sont fermés.