14/06/2011

Le Concile de Bâle

Le 23 juillet 1431, s’ouvrait le Concile de Bâle. Ses 45 sessions ont duré jusqu’en 1443 et ont connu de très nombreux rebondissements, dont la nomination d’un antipape.

580 ans plus tard, les banquiers privés suisses se sont réunis en conclave à Bâle pour désigner leur nouveau président, en la personne de Nicolas Pictet.

Les débats ont été largement plus courts et moins houleux qu’au 15ème siècle, mais certains messages forts ont néanmoins été exprimés à cette occasion. Je vous fais donc partager ci-dessous une réflexion de M. Pictet :

« La première considération est que nous vivons une époque où la plupart des entreprises et des individus ont perdu de vue que le bien général doit être le moteur de leur actions. J’ai lu il y a quelques temps un livre remarquable : « The puritain gift ». Une des valeurs du puritanisme, la première en fait, est celle de vouloir contribuer au bien des autres, de la société en général. Pour les puritains, c’était apporter un peu du royaume de Dieu sur la terre. Pour nos citoyens du 21ème siècle, quelles que soient nos croyances, quelle que soit notre religion, cela signifie faire quelque chose d’utile, de bon, pour la société. Pour les entreprises, c’est la recherche d’une valeur ajoutée pour autrui, l’apport d’une prestation reconnue comme valable par ses clients et même au-delà.

Cette valeur a largement disparu. L’argent n’est plus un outil nécessaire à la fourniture d’une prestation de qualité ; c’est devenu une fin en soi.
Plus encore que dans d’autres domaines d’activité, la banque est devenue le symbole de cet état d’esprit. Lorsqu’une institution fait une grande partie de ses bénéfices dans des activités pour compte propre, comme un gigantesque « hedge fund », on peut légitimement se demander à quoi elle sert.

Il y a heureusement les institutions qui n’ont pas perdu de vue qu’elles sont là pour servir leurs clients. Les banquiers privés en font partie. »

Ces quelques paroles méritent d’être méditées et l’intégralité du discours en question peut être téléchargé ici.

Bonne lecture !

16:37 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.