25/05/2012

Lutte contre l'évasion fiscale: l'Allemagne prise en flagrant délit de double langage

On se souviendra que le belliqueux Ministre des finances allemand Peer Steinbruck aurait bien voulu envoyer la cavalerie pour mater la Suisse, accusée de tous les maux en matière d’évasion fiscale.
On se souviendra également que des autorités fiscales germaniques n’ont pas hésité à acheter à prix d’or des CD contenant des données bancaires volées pour poursuivre certains de leurs contribuables soupçonnés d’être en délicatesse avec leur fisc local.
On se souviendra enfin que plusieurs Länder allemands dominés par la Gauche, dont celui du Baden-Würtenberg, font la fine bouche lorsqu’il s’agit de ratifier l’accord « Rubik » signé avec la Suisse, afin de régulariser le passé de clients allemands qui n’auraient pas déclarés leurs avoirs. Les politiciens sociaux-démocrates estiment que ce traité constituerait une prime aux fraudeurs.
Dans l’intervalle, on apprend par la « Handelszeitung », que les banques allemandes, en particulier dans le Baden-Würtenberg, accueillent à bras ouverts et en toute impunité des clients suisses qui voudraient échapper à leurs obligations fiscales.
Face à tant d’hypocrisie, la Suisse va-t-elle poursuivre sans sourciller son opération d’auto-flagellation ou va-t-elle enfin réagir pour résister à ces attaques perfides, fondées largement sur des motifs protectionnistes ?

15:33 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.