18/02/2013

NON à la LAT, OUI au fédéralisme

Berne ressemblera-t-elle bientôt à Paris ?

A première vue, on pourrait se réjouir du fait que la modeste Cité des Zähringen puisse être comparée à la sublime Lutèce.

Malheureusement, ce rapprochement n’est en train de se produire ni dans le domaine culturel, ni dans celui de la gastronomie, mais bien dans celui, moins glorieux, du centralisme bureaucratique.

La Suisse a bâti son succès sur le fédéralisme qui préserve l’autonomie cantonale par rapport au pouvoir fédéral.

Si l’on n’y prend garde, les cantons suisses verront leurs prérogatives fondre comme neige au soleil. Cette tendance au « parisianisme » se dessine notamment dans les domaines de la fiscalité et de l’aménagement du territoire.

La votation du 3 mars sur la LAT constitue un exemple particulièrement illustratif de cette dérive centralisatrice. En effet, selon le texte soumis au suffrage populaire, les compétences cantonales et communales en matière d’aménagement du territoire seront en grande partie supprimées pour être transférées à l’administration fédérale. Berne imposera ses diktats aux cantons qui seront réduits au statut de sous-préfectures et obligés d’exécuter des ordres venus d’en-haut sans pouvoir planifier leurs zones à bâtir selon leurs propres besoins.

De plus, cette révision ratée de la LAT conduira immanquablement à une inflation bureaucratique, gavée par une taxe sur la plus-value foncière destinée spécifiquement à couvrir les frais administratifs redondants causés par cette réforme.

Le 1er juin 2015, Genève fêtera le 200ème anniversaire de son adhésion à la Confédération helvétique. Il faut espérer que ce jour-là, notre canton aura pu conserver ses compétences, en particulier dans le domaine de l’aménagement du territoire, et n’aura pas dû sacrifier un pan fondamental de son autonomie au seul profit d’une gourmande administration centrale.

C’est donc au nom du fédéralisme qu’il faut voter « NON » à la révision de la LAT le 3 mars prochain ! 

09:27 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.