16/03/2013

Le petit parti aux allumettes (librement inspiré d'un conte de H.C. Andersen)

 

Il faisait affreusement froid ; il neigeait et il commençait à faire sombre. 

Les membres du groupe socialiste au Grand Conseil ont tiré une première allumette de la boîte et l’ont frottée contre un mur pour qu’elle les éclaire et leur donne du courage. Ils ont alors suivi en majorité leur rapporteur de minorité et ont refusé le projet de sauvetage des caisses de pension, donnant ainsi le feu vert à un syndicat ultra-minoritaire pour lancer un référendum contre cette opération de renflouement à 150 millions par année pendant 40 ans. Ce petit feu n’a heureusement pas brûlé longtemps grâce aux autres partis représentés au Parlement et à la population qui l’ont éteint en venant au secours de ces fonds de prévoyance en déconfiture.

Les membres du groupe socialiste à la commission des finances ont craqué une seconde allumette pour mettre le feu à l’accord conclu entre les partis gouvernementaux en vue de trouver un budget 2013 susceptible de réunir les 51 voix nécessaires en plénière du Grand Conseil. Cette faible lumière a guidé leur rapporteur de minorité, toujours le même, dans sa croisade contre le compromis issu des travaux de la commission. 

Les membres du groupe socialiste ont allumé une troisième allumette juste avant l’ouverture du débat en plénière sur le budget 2013. Leur leader éclairé a ainsi d’emblée réclamé un vote dans l’urgence sur une hausse d’impôts. Ebloui par ce lumignon, la majorité du Grand Conseil a suivi et mis ainsi en péril l’adoption d’un budget lors de la session parlementaire.

Il reste dans la boîte une allumette bien plus menaçante. Celle que le parti socialiste sera tenté de frotter pour bouter le feu à l’indispensable réforme de la fiscalité des entreprises à Genève, sans laquelle notre canton risque de perdre les dizaines de milliers d’emplois et des centaines de millions de recettes fiscales suite au probable départ des sociétés multinationales. Cette inquiétude n’est pas infondée. En effet, parmi les candidats socialistes au Conseil d’Etat, la majorité a depuis toujours exprimé sa franche hostilité envers le monde des sociétés multinationales. S’ils craquent l’allumette, l’incendie se propagera à grande vitesse et réduira en cendres la prospérité du canton.

16:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.