14/04/2013

Merci Zofingue !

La section genevoise de la Société suisse de Zofingue vient de fêter son 190ème anniversaire (voir TdG du 11 avril). C'est l'occasion pour moi de témoigner ma reconnaissance à cette société d'étudiants qui m'a tant apporté à travers les trois termes de sa devise :

Patriae, Amicitiae, Litteris.

La patrie tout d'abord: en ces temps où la Suisse se fait attaquer par de nombreux Etats et suscite l'envie à cause de son succès, il est plus que jamais nécessaire de faire preuve d'un patriotisme engagé, valeur qui n'est en rien ringarde, et de ne pas céder à la tentation de l'auto-flagellation permanente, dans laquelle certains se complaisent avec délectation. Depuis sa fondation, Zofingue promeut également le fédéralisme et le dialogue entre les différentes régions linguistiques et culturelles du pays.

L'amitié ensuite: lorsque je suis arrivé à l'Université de Berne en 1986, ma maturité en poche, je ne connaissais quasiment personne dans la capitale et le suisse-allemand était une langue qui sonnait étrangement à mes oreilles. J'ai reçu alors un accueil extraordinaire de la part des Zofingiens bernois qui m'ont immédiatement intégré malgré le fait que les Romands étaient alors parfois considérés comme des extra-terrestres ("Ah ces Welsches !"). J'ai eu le privilège de faire partie du Comité central 1988-89, ce qui m'a permis de sillonner la Suisse de long en large à la rencontre des différentes sections cantonales. Cette amitié durable s'est maintenue après mon retour à Genève et mon accession au statut de Vieux-Zofingien: en sa qualité de "Lebensverbindung", cette association ne connaît en effet pas de fossé entre les générations.

La Science enfin: en tant que société d'origine universitaire, Zofingue s'intéresse à la Science au sens large, à la culture et à la recherche. C'est le lieu d'échanges fructueux entre des étudiants et des professionnels de différents horizons académiques. Ce but statutaire garde tout son sens à une époque où la formation et l'innovation demeurent les principales richesses de notre pays.

A l'occasion du banquet mémorable qui a réuni près de 150 actifs et Vieux-Zofingiens vendredi dernier à l'Hôtel des Bergues, je suis persuadé que de nombreux participants ont ressenti la même émotion que moi en partageant les souvenirs qui ont émaillé cette période estudiantine fructueuse.

Vivat, Crescat, Floreat, Tobinia !

14:27 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.