31/05/2016

RBI : l’Etat Père Noël

Le 5 juin prochain, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur l’introduction d’un Revenu de base inconditionnel, communément appelé RBI.

Ce projet prévoit le versement par l’Etat d’un revenu à toute personne résidant en Suisse, qu’elle soit jeune ou âgée, riche ou pauvre, active ou sans emploi. De plus, ce versement serait effectué sans contrepartie et à vie.

Le texte de l’initiative ne prévoit pas de montant spécifique, toutefois les initiants ont évoqué la somme de CHF 2'500.- par mois pour un adulte et de CHF 625.- pour les mineurs. Ainsi, pour une famille de 2 adultes et de 2 enfants, l’allocation atteindrait la coquette somme de CHF 6'250.- par mois.

Immédiatement, la question du financement de ce cadeau se pose. D’après les projections du Conseil fédéral, le système coûterait plus de 208 milliards par an. Près de 128 milliards seraient assumés par les salariés à travers leurs cotisations. La réaffectation des prestations sociales amèneraient quelque 55 milliards dans la hotte. Mais où trouvera-t-on les 25 milliards manquants ? Sous le sabot d’un renne ?

Le RBI entraînera évidemment une hausse massive des taxes et des impôts. L’hypothèse d’un doublement de la TVA est même avancée. L’impact d’une telle mesure sur les prix en Suisse sera désastreux, alors que notre économie souffre déjà de la force du franc et d’un tourisme d’achat dévastateur pour le commerce de détail.

Mais cette ruineuse utopie souffre d’autres défauts rédhibitoires.

En premier lieu, elle attirerait dans notre pays de très nombreux étrangers appâtés par cette manne financière irrésistible et octroyée nulle part ailleurs sur la planète. A cet égard, les initiants font grand cas d’expériences pilotes menées en Alaska ou en Namibie, voire en Finlande, patrie du Père Noël. Mais ces épiphénomènes n’ont jamais atteint ni l’ampleur, ni la durée du projet helvétique.

Deuxièmement, le RBI introduirait en Suisse une mentalité d’assisté, fondamentalement contraire aux valeurs qui ont fait notre succès à travers les siècles. Les individus seraient mis sous perfusion de l’Etat de la naissance à leur mort, dans un rapport d’extrême dépendance.

A cela s’ajoute que ce revenu inconditionnel nuirait gravement au monde du travail. Les jeunes n’auraient aucune incitation à entrer rapidement dans la vie active. De nombreuses personnes en profiteraient pour réduire leur taux d’occupation, ce qui aurait des conséquences néfastes sur le financement du système. Le temps ainsi dégagé ne servira pas forcément à  développer des activités bénévoles, comme le soutiennent angéliquement les initiants. Il pourrait au contraire favoriser l’émergence du travail au noir, ce qui porterait le coup de grâce à la viabilité financière de l’édifice.

Pour toutes ces raisons, votons NON au RBI le 5 juin prochain !

Opinion publiée dans la "Tribune de Genève" du 31 mai 2016

08:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/05/2016

Votation du 5 juin 2016 - RBI

Ras le Bol des Impôts !

Le 5 juin prochain, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur l’introduction d’un Revenu de base inconditionnel, communément appelé RBI.

Ce revenu est inconditionnel dans la mesure où il est payé à chacun, sans fixation de critère particulier, et à vie.

On parle du versement mensuel de CHF 2'500 par adulte et de CHF 625 pour les mineurs. Ainsi, au total, pour une famille de 2 adultes et de 2 enfants, l’allocation atteindrait CHF 6'250 par mois.

Le Conseil fédéral estime le coût global de cette mesure à CHF 208 milliards par an, dont une partie importante devrait être financée par des impôts et des taxes supplémentaires.

Pour couvrir ces besoins de financement gigantesques, les initiants évoquent notamment une augmentation massive de la TVA, qui rendrait la consommation plus onéreuse en Suisse, pays dont l’économie souffre déjà des effets du franc fort. Le tourisme d’achat s’en trouverait encore renforcé !

Pour les initiants, la solution miracle proviendrait aussi de l’introduction d’une taxe sur les transactions financières, une forme de la célèbre taxe Tobin. Or, pour rappel, la Suisse connaît aujourd’hui un droit de timbre de négociation qui frappe certaines opérations et  péjore déjà grandement la compétitivité de notre place financière en comparaison internationale. La généralisation d’une telle taxe à toutes les transactions aurait pour effet immédiat et irréversible de dévier les flux financiers loin de notre pays, pour le grand bonheur des places concurrentes qui, à l’instar de Londres et du Luxembourg, ont sèchement refusé d’appliquer la Taxe Tobin voulue par l’Union européenne.

Enfin, le Message du Conseil fédéral mentionne une hausse substantielle de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, impôt déjà prohibitif à Genève pour les hauts revenus.

Pour un contribuable genevois la perspective du RBI relève donc du cauchemar. En effet, le financement de cette ruineuse utopie conduirait à renchérir le coût de la vie à travers l’augmentation de la TVA, à aggraver la progressivité de l’impôt sur le revenu, déjà délirante à Genève, et à porter un coup fatal à la place financière, qui contribue à l’heure actuelle à près de 17% du PIB local et génère 37'000 emplois.

Par bonheur, selon toute vraisemblance, les Suisses ne se laisseront pas entraîner dans ce gouffre financier sans fond et, dès le 6 juin, nous pourrons nous concentrer sur les véritables défis qui attendent notre pays dans un contexte international particulièrement agité.

Le 5 juin, votons NON au Revenu de base inconditionnel (RBI) !

08:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/05/2016

La propriété privée n'est pas une maladie honteuse !

Le 5 juin prochain le peuple genevois sera appelé à s’exprimer sur un référendum lancé par l’ASLOCA contre une modification de la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d’habitation (LDTR).

Ce projet législatif poursuit un but très simple : permettre au locataire en place d’acheter son logement.

En recourant à de fallacieux prétextes, les opposants rejettent en réalité l’idée même de l’accession à la propriété, notion qu’ils abhorrent.

Or, par leur attitude dogmatique, ils refusent de tenir compte du souhait de nombreuses familles genevoises qui aspirent précisément à devenir propriétaires de leur logement. Cette demande existe, il faut en prendre acte et s’en réjouir. En effet, notre canton a tout intérêt à pouvoir compter sur des propriétaires, qui restent dans la durée à Genève, en y payant leurs impôts et en consommant sur place.

L’histoire récente a démontré que, faute de pouvoir acquérir un bien immobilier à Genève, de nombreux habitants se sont exilés en France voisine ou dans le canton de Vaud. Contre toute bonne logique, les opposants cherchent à faire perdurer ce phénomène en poussant les aspirants propriétaires à quitter notre territoire, comme s’il s’agissait de pestiférés.

Sans surprise, pour justifier leur haine viscérale de la propriété privée et pour conserver sous leur coupe une population de locataires la plus importante possible, les opposants brandissent l’épouvantail du congé-vente.

Ce faisant, ils font fi des nombreuses cautèles fixées dans la loi afin, précisément, d’éviter de telles dérives. Le texte dont il est question ici ne constitue en aucun cas un allègement de la protection dont bénéficie le locataire !

Par leur jusqu’au boutisme, les opposants vont clairement à l’encontre du mandat constitutionnel fixé depuis 1972 au niveau fédéral et repris à l’article 180 de la nouvelle Constitution genevoise de 2013 visant à favoriser et soutenir l’accession à la propriété individuelle.

Ne suivons pas les opposants dans leur Croisade contre la propriété privée et votons OUI le 5 juin 2016 à la modification de la LDTR !

16:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook