15/06/2017

Culture et statistiques ne font pas bon ménage

La presse locale a récemment fait ses grands titres d’une étude élaborée par la Haute école de gestion de Genève (HEG) et intitulée « Le poids de l’économie créative et culturelle à Genève ».

Il en ressort que l’économie créative et culturelle (ECC) représenterait 7,6% des 366'764 emplois comptabilisés pour l’ensemble de l’économie genevoise. Par ailleurs, la production au sein de l’ECC générerait 9,5 % du produit intérieur brut (PIB) cantonal.

Les rubriques culturelles de nos quotidiens jubilent à l’idée que l’ECC talonnerait le secteur bancaire et financier et dépasserait largement l’horlogerie, la construction et l’industrie chimique.

Au risque de casser l’ambiance, j’émettrai quelques réserves face aux résultats de cette analyse, sans mettre le moins du monde en doute la bonne foi de son auteur.

En premier lieu, le fait que ce travail ait été commandité conjointement par le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève et par le Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) devrait inciter à la prudence.

Par ailleurs, l’auteur de la recherche exprime lui-même des réserves sur la portée de son étude : « la principale difficulté de l’exercice réside néanmoins dans la définition du champ de l’ECC. L’UNESCO reste sans aucun doute le leader pour édicter des bonnes pratiques dans ce domaine. A ce jour, toutefois, la standardisation dans ce domaine est loin d’être acquise. Par conséquent, les diverses estimations réalisées au niveau international sont difficilement comparables. La définition des industries culturelles et créatives de l’UNESCO n’est pas aisée à implémenter d’un point de vue statistique ».

En un mot, le choix du périmètre des activités concernées comporte une part d’arbitraire.

Pour s’en convaincre, il suffit de prendre connaissance de l’inventaire à la Prévert des domaines pris en considération dans le cas d’espèce : aux côtés de l’édition de livres, des orchestres et des troupes de théâtres, on trouve les activités des lapidaires (diamants et pierres précieuses) et la fabrication d’articles de bijouterie en or et en argent.  On découvre également l’édition de logiciels et de jeux électroniques, la fabrication de produits électroniques grand public, la programmation informatique et les portails internet. Sans minimiser l’importance de ces activités du point de vue économique, leur impact culturel ne saute pas aux yeux.

A cela s’ajoute que l’étude en question divise l’ECC en trois « Cercles de fonctions », à savoir : 1) le cœur de l’ECC, 2) la diffusion et la commercialisation et, enfin, 3) la préservation, l’administration et la formation.

En termes d’emplois et de valeur ajoutée, ce troisième cercle se taille la part du lion. Et je vous le donne en mille, que trouve-t-on dans ce domaine : la formation professionnelle de base, les hautes écoles spécialisées et pédagogiques, l’enseignement culturel, les cours de perfectionnement professionnel, la gestion des bibliothèques et des archives, la gestion des musées, les services administratifs concernés en Ville de Genève et au Canton de Genève, etc. Le propos n’est pas de contester ici la pertinence de ces activités. On peut cependant avancer sans trop de risque l’hypothèse qu’elles sont presqu’intégralement financées par l’impôt.

On peut aussi s’étonner du fait que l’étude ne prenne pas en compte de manière complète le subventionnement dont bénéficient de nombreuses entités. Par exemple, en ce qui concerne le film et le cinéma, il n’est fait mention que des contributions de la Ville et du Canton.  Or, la SSR et l’Office fédéral de la Culture participent massivement au financement de cette industrie.  On peut évidemment s’en féliciter. Mais les Genevoises et les Genevois y contribuent directement par le biais de la redevance TV et de l’Impôt fédéral direct (IFD).

La comparaison avec les autres secteurs économiques du canton est également très partielle. Même si l’on admet que l’ECC contribue à hauteur de 9,5% au PIB genevois, ce qui peut être contesté, il n’en reste pas moins qu’il se situe loin derrière le domaine bancaire et financier (13,3%) et à des années lumières du commerce de gros et de détail (20,6 %) selon les données de l’Office cantonal de la statistique. Ce dernier secteur comprend en particulier le négoce de matières premières qui contribue de manière déterminante à la création de valeur à Genève.

Enfin, ce travail de recherche comporte une lacune majeure : il reste muet sur la contribution fiscale des divers secteurs économiques du Canton.

En 2016, les secteurs de l’horlogerie et la bijouterie (21%), des intermédiaires du commerce (19%) et des banques et assurances (26%) assuraient 66% de l’impôt cantonal sur le bénéfice et le capital. Pour l’impôt fédéral direct (IFD), les chiffres sont encore plus frappants, puisque la part de ces trois secteurs atteint 72% en 2016. Précisons que la notion d’ « intermédiaires du commerce » concerne avant tout les négociants en matières premières.

Sans la présence de ces secteurs économiques générateurs de recettes fiscales considérables, il tombe sous le sens que le domaine culturel, largement subventionné par les collectivités publiques, municipales, cantonales et fédérales, ne pourrait pas prospérer. Cette affirmation risque d’être perçue comme arrogante par certains, elle n’est que factuelle.

En conclusion, il serait fondamentalement erroné de sous-estimer l’importance de la Culture pour notre Ville et notre Canton. En revanche, il est hasardeux de se lancer dans de grandes théories sur l’impact économique de ces activités. L’étude précitée démontre que l’on atteint rapidement les limites de l’exercice.

10:23 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.