17/07/2018

Et à la fin, c'est toujours le contribuable qui paie !

La Ville de Genève se félicite de sa retentissante victoire contre le Canton de Genève dans la passionnante affaire des parcomètres et horodateurs.

Selon la TdG de ce jour, la Chambre Constitutionnelle de la Cour de Justice a annulé une loi cantonale qui donnait à la Fondation des parkings la compétence d’encaisser les frais de stationnement perçus sur le territoire communal, sans contrepartie pour la Ville.

L’autonomie communale a donc triomphé !

Mais penchons-nous ici sur le véritable problème qui sous-tend ce litige clochemerlesque. Il remonte au 14 octobre 2012, date de la votation populaire relative à la nouvelle Constitution genevoise.

Ce texte fondateur comporte beaucoup d’éléments positifs. En revanche, il élude un point essentiel, à savoir la répartition des compétences entre le canton et les communes et, en particulier, avec la Ville de Genève.

Cette sordide guerre des parkings est la conséquence directe d’une lacune constitutionnelle.

Alors que la Commission législative du Grand Conseil se perd dans des débats byzantins pour concrétiser la nouvelle Constitution, dans des domaines dont le caractère prioritaire ne saute pas forcément aux yeux, la Ville et le Canton se chamaillent à coup de procédures multiples pour faire valoir leur point de vue.

Ces procédures à rebondissements ont un coût. Elles mobilisent tout d’abord les services communaux et cantonaux. La magistrate en charge du dossier déclare à la TdG : « avec la direction de mon département, je travaille depuis près de trois ans à faire respecter le principe de l’autonomie communale ». Autant dire que, dans cette sanglante lutte de tranchées, le canton a également dû mobiliser des ressources durant toutes ces années. Ces forces vives auraient été sans doute mieux affectées à d’autres tâches, plus utiles à la population.

Mais ce n’est pas tout. Les procès nécessitent le concours d’avocats, qui ne plaident pas gratuitement.

Le ravitaillement est assuré par la cohorte des contribuables de la Ville et du Canton qui alimentent de leurs deniers les protagonistes de ce combat homérique.

Ce sont eux la chair à canon !

12:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/07/2018

Plaidoyer pour un pont sur la Rade

Au risque de décevoir certains lecteurs, il faut d’emblée préciser qu’il ne s’agit pas d’évoquer un ouvrage d’art qui enjamberait le magnifique site de la Rade.

Non, le pont dont il est question ici est de nature plus virtuelle. Ses premiers piliers ont été érigés lors d’un forum qui s’est tenu le 29 juin à Genève, sous l’égide conjointe de Sustainable Finance Geneva (SFG), de SDG Lab, de l’Institut International du Développement Durable (IIDD) et du Canton de Genève.

A cette occasion, une trentaine d’acteurs issus du secteur privé, souvent cantonnés sur la Rive gauche, et de la Genève internationale, essentiellement présents sur la Rive droite, se sont retrouvés autour des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations unies.

Cet atelier n’avait pas pour but de phosphorer abstraitement sur les bienfaits de ces ODD dans le domaine de la finance durable. Au contraire, les participants ont été amenés à élaborer des solutions concrètes face aux défis auxquels tant la Genève internationale que la Genève financière sont confrontées.

Quelles sont les forces en présence ?

Sur la Rive droite principalement, nous avons 34 Organisations internationales, 175 représentations étatiques, 350 ONG et environ 30'000 emplois. Cette communauté dispose d’un savoir-faire incomparable en matière de santé, de développement, d’environnement, de droits de l’Homme, etc.

En face, sur la Rive gauche nous comptons 104 banques et de très nombreux autres intermédiaires financiers qui génèrent plus de 35'000 postes de travail. A Genève et en Suisse, la finance durable occupe une place de choix. Selon le « Rapport sur l’investissement durable en Suisse 2018 » publié par Swiss Sustainable Finance, le marché total de l’investissement durable dans notre pays a augmenté de 82% depuis 2016 pour atteindre CHF 390,6 milliards. Le montant des fonds durables correspond actuellement à environ 8,7% de l’ensemble du marché suisse des fonds.

Genève constitue le centre névralgique capable de faire converger les compétences et les intérêts de ces deux mondes qui se regardaient récemment encore comme des chiens de faïence. L’installation en 2018 à Genève du Secrétariat du réseau mondial des places financières durables constitue l’expression la plus tangible de ce positionnement unique.

Il faut maintenant œuvrer pour poursuivre la construction de ce pont entre les deux rives !

11:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook