21/01/2019

Primauté des prestations : le Jurassic Park de la prévoyance !

Lors de la séance plénière du 14 décembre 2018, le Grand Conseil genevois a voté deux lois, incompatibles entre elles, prévoyant la recapitalisation de la Caisse de Pension de l’Etat de Genève (CPEG) qui se trouve bien mal en point avec un taux de couverture d’à peine 60%.

Le premier texte (PL 12228), émanant de la Gauche, veut faire supporter aux seuls contribuables la coquette somme de CHF 4,2 milliards prévue pour boucher le trou abyssal de la caisse. De plus, cette loi conserve la primauté des prestations qui institue un pourcentage fixe du dernier salaire pour le paiement des rentes.  Ce système fait figure de véritable fossile vivant dans le paysage actuel de la prévoyance. L’immense majorité des caisses publiques et privées a abandonné cet archaïsme pour adopter le système de primauté des cotisations, qui tient mieux compte des rendements des actifs de la caisse et de l’allongement de l’espérance de vie.

Le second texte (PL 12404), élaboré par le Conseil d’Etat et approuvé par la Droite, permet de sortir la CPEG de l’ère préhistorique en instituant la primauté des cotisations, seul système apte à assurer la pérennité du financement à travers les âges. Par ailleurs, la loi en question équilibre de manière plus équitable la répartition des cotisations entre l’Etat employeur et les collaborateurs. La participation de l’Etat passe de 66,7% à 58% et la part de l’employé de 33,3% à 42%. On est encore loin d’une répartition 50% - 50%, mais on se rapproche de la moyenne suisse en la matière.

Pour éviter de confiner la CPEG dans un Jurassic Park de Gauche, le PLR, le PDC et l’UDC ont lancé un référendum contre le PL 12228.

Signez et faites signer ce référendum !

09:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/01/2019

Merci à Nathalie, Alexandre, Cyril et Hugues !

En ce lendemain d’Assemblée générale aussi extraordinaire que houleuse, alors que les annonces de démissions pleuvent et que la tentation du règlement de comptes pointe son nez, je me bornerai à rendre hommage à quatre personnalités du PLR.

Mes remerciements s’adressent tout d’abord à Nathalie Fontanet, qui a commencé la législature dans une situation cataclysmique, mais qui a pris en main son département avec compétence et sens de l’écoute. Elle a déployé une énergie hors du commun pour mener à bien les négociations et les travaux de l’indispensable réforme de la fiscalité des entreprises.  Hier soir, par son intervention, elle a encore démontré sa stature.

Une femme d’Etat.

Ma gratitude va ensuite à notre Président, Alexandre de Senarclens. Il a tenu la barre avec détermination dans une période particulièrement agitée, dans le respect des valeurs de responsabilité individuelle qui animent notre parti.

Il a été disponible pour répondre aux innombrables sollicitations des médias, en faisant preuve de pondération et en accordant toujours la priorité à l’intérêt du parti, sans mettre son ego en avant. Il a su garder indépendance et sang-froid, en résistant aux pressions dans toutes les circonstances. Dans l’esprit fédéraliste qui caractérise notre pays, il a répondu présent à l’invitation du PLR suisse qui se préoccupait à juste titre de la crise qui secoue un parti cantonal important.

Un homme droit

Mes remerciements vont également à notre Chef de Groupe, Cyril Aellen, qui a continué à faire de la politique malgré la tempête. Il a su préserver la cohérence du groupe et mener sans relâche des discussions avec les autres partis pour faire avancer les grands dossiers du moment. Je pense en particulier à la réforme de la CPEG.

Un fin négociateur

Enfin, un grand merci à Hugues Hiltpold qui se lance dans la campagne pour reconquérir un siège au Conseil des Etats. Avec Hugues, le PLR a une chance historique de revenir à la Chambre des cantons. Concentrons-nous sur cette échéance primordiale pour notre avenir !

Un politicien expérimenté.

13:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook