Initiative "entreprises responsables": vers une Croisade des temps modernes ? (30/10/2020)

Notre pays est frappé de plein fouet par la deuxième vague du COVID-19. Les entreprises suisses, PME en tête, traversent une crise économique sans précédent. Beaucoup luttent pour leur survie et celle de leurs emplois.

Pendant ce temps, de nombreuses ONG et certaines églises mettent toute leur énergie et des ressources financières considérables dans une campagne visant à transformer la Suisse en tribunal mondial en matière de droit de l’Homme et de protection de l’environnement.

Pour rappel, l’initiative « entreprises responsables », soumise au vote populaire le 29 novembre, exige que les juridictions helvétiques soient compétentes pour juger en application du droit suisse des cas qui se sont déroulés dans des pays étrangers, à des milliers de kilomètres de la Suisse, en passant par-dessus les institutions locales.

Pour échapper à cette responsabilité, les 80’0000 entreprises suisses potentiellement visées, de la multinationale à la PME, devront être capables de prouver qu’elles ont respecté des obligations de diligence tout au long de la chaîne de valeur, qui pourrait inclure aussi bien leurs fournisseurs que leurs clients à l’étranger.

Aucun système juridique comparable à celui de la Suisse (UE, USA, pays de l’OCDE en général) ne prévoit des dispositions aussi étendues en matière de responsabilité.

Dans leur Croisade, certaines ONG auraient recours à des arguments douteux. Le « Matin Dimanche » jette une lumière crue sur les pratiques de Solidar qui aurait travesti la réalité dans son enquête sur le travail des enfants au Burkina Faso. Des journalistes burkinabés révèlent dans leur enquête que « les photos ont été montées de toute pièce, en échange on a promis aux parents de financer l’école ».

La fin justifie-t-elle vraiment tous les moyens ?

Plusieurs représentants des églises se sont d’ailleurs publiquement distancés de cette initiative.

Selon Ulrich Knoepfel, membre du Conseil de l’Eglise protestante réformée suisse, l’église ne devrait en aucun cas émettre des instructions de vote.

Dans les Grisons, l’évêché de Coire dénonce par le biais d’un communiqué de presse la propagande politique de l’église.

Aujourd’hui, face à la crise sanitaire et économique, toute la Suisse doit serrer les rangs pour soutenir ses entreprises et ses places de travail. L’initiative « entreprises responsables », qui instaure une forme d’Inquisition économique, va frontalement à l’encontre de cet effort national.

 

 

09:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook