Les Verts et l'aéroport: haute voltige

Imprimer

Le 30 septembre 2020, les Verts ont déposé une proposition de motion M 2680 « Fin du dumping salarial à l’Aéroport international de Genève : pour des conditions de travail socialement et durablement saines ».

Il fallait oser !

Depuis des années, les Verts ont pondu d’innombrables textes parlementaires visant à affaiblir cette plateforme aéroportuaire qui, faut-il le rappeler, génère plus de 11'000 emplois directs et environ 33'000 postes de travail dans la région. Ces chiffres doivent être mis en exergue en cette période de crise économique majeure, dans laquelle chaque emploi compte. Il n’en est nullement question dans la motion précitée.

L’aéroport constitue également une infrastructure vitale pour le tissu économique genevois, largement tourné vers l’exportation. Il revêt aussi une importance cruciale pour la Genève internationale qui contribue au rayonnement de notre canton et de notre pays au niveau mondial. La motion reste muette sur ce point.

Aujourd’hui, les Verts volent littéralement au secours de l’emploi à l’aéroport. Mais au printemps 2020, au plus fort de la pandémie, alors que les avions se trouvaient cloués au sol et que les entreprises présentes sur la plateforme luttaient pour leur survie et celles des postes de travail, les Verts genevois s’opposaient frontalement au Parlement fédéral à l’octroi d’une aide d’urgence au secteur aérien, en signant notamment une Lettre ouverte au Conseil fédéral.

Par ailleurs, les Verts utilisent leurs différents lobbies pour exprimer leur ferme volonté de réduire l’emploi à l’aéroport.

Preuve en est la pétition d’Actif-trafic déposée le 28 avril 2020, qui conteste le nombre d’emplois dans le secteur de l’aéronautique et appelle expressément à « reconvertir les personnes employées dans l’industrie aéronautique dans des professions moins nocives pour l’environnement ».

En juin 2020, alors que le redémarrage de l’aéroport n’en était qu’à ses balbutiements, la CARPE, autre bras armé des Verts, réclame aussi cette reconversion massive.

Les Verts peuvent souhaiter la transformation de l’aéroport de Genève en une plateforme de seconde zone incapable de répondre aux besoins de l’économie d’exportation et de la Genève internationale. C’est leur droit le plus strict, en plein accord avec leurs fortes convictions décroissantes.

Mais qu’ils ne viennent pas se poser en champion de la protection de l’emploi aéroportuaire. Ils ne sont simplement pas crédibles.

 

Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.